Prime à la conversion : les objectifs du Gouvernement ont été dépassés

En réformant la prime à la conversion – couramment appelée « prime à la casse » – pour accélérer le renouvellement du parc automobile ancien et polluant, le Gouvernement s’était fixé un objectif de 100 000 primes par an. Le Ministère de la Transition Écologique a annoncé ce vendredi, 21 septembre 2018, que plus de 170 000 ont été déposés, dépassant largement les objectifs fixés.

Prime à la casse : l’aide financière s’est démocratisée

Cette aide financière qui est en vigueur depuis le 1er janvier 2018 a été largement étendue. Auparavant accordée uniquement pour la mise à destruction d’un véhicule diesel de plus de 10 ans, la réforme a permis d’élargir ce dispositif également sur les véhicules essence. Désormais, aussi bien les foyers non-imposables que les foyers imposables sont éligibles sous certains conditions.

Pour les ménages imposables, il est prévu un versement de 1000 € pour la mise à la casse des véhicules diesel immatriculés avant 2001. Les ménages non-imposables pourront prétendre au versement d’une aide financière de 2000 € pour la mise au rebut des véhicules diesel d’avant 2006. Dans les deux cas, la vente pour destruction d’un véhicule essence est éligible au versement de la prime à la casse si le véhicule a été mis en circulation avant 1997. L’ancienne voiture devra être remplacée soit par un véhicule neuf ou d’occasion porteur d’une vignette Crit’Air de catégorie 0, 1 ou 2 et émettant moins de 130 g de CO2 / km. L’achat d’un véhicule neuf électrique ouvre droit à une prime de 2500 € sans conditions de ressources.

Prime à la conversion : avoir des véhicules qui consomment moins et polluent moins

Le Ministère de la Transition Écologique estime que plus de 250 000 véhicules auront été remplacés d’ici la fin de l’année, ce qui représente, sur une période de 12 mois seulement, la moitié de l’objectif que le Gouvernement s’est fixé sur toute la durée du quinquennat.

« C’est un grand succès (…), ça va permettre d’avoir des véhicules qui consomment moins  », a exulté la Ministre des Transports, Élisabeth Borne, vendredi sur Europe 1 : «  Les voitures aujourd’hui consomment un tiers de carburant de moins qu’il y a vingt ans, donc la prime à la conversion aide chaque Français à avoir un véhicule qui consomme moins et qui pollue moins.  »

La prime à la casse encourage les automobilistes à échanger leurs vieux véhicules contre des modèles moins polluants et surtout moins gourmands. La croissance des prix des carburants dans le courant de l’année 2018 et l’annonce pour 2019 d’une nouvelle augmentation des taxes sur l’essence (environ 4 centimes/ litre) et le diesel (environ 7 centimes/litres) amplifient encore l’intérêt – surtout des ménages modestes – d’un remplacement de voiture.

Le dispositif de la prime à la conversion « fait partie des actions du Gouvernement pour accompagner les Français touchés par la hausse des cours des carburants  », a jugé Élisabeth Borne.

Maintien de la prime pour 2019

L’objectif étant déjà dépassé de 70 % pour l’année  2018, des retards dans le versement des primes ont été constatés. Pour mieux répondre à l’enthousiasme des automobilistes qui dépasse les anticipations gouvernementales, la loi des finances pour 2019 prévoit une hausse de 47 % du budget alloué à la prime à la conversion qui sera maintenue pour l’année prochaine.

Les modalités d’attribution de la prime à la casse devraient rester inchangées par rapport à 2018. Le Gouvernement a d’ailleurs confirmé le maintien du doublement du montant de la prime pour les ménages non-imposables qui représentent 70 % des bénéficiaires.

L’équipe de Cartegrise-enligne.com

Réseaux sociaux

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Entrez le bon CAPTCHA

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>